Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2016

Journée de mobilisation dans la santé le 8 novembre.

L’austérité imposée par les projets de loi de financement de la sécu et les lois hospitalières (Bachelot et Touraine) a pour conséquence l'accélération des restructurations: partout en France les hôpitaux sont fermes ou vidés de l'essentiel de leurs services (chirurgie, urgences); les maternités continuent à fermer.
Le regroupement autoritaire de 850 établissements en 135 Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT) est en train d’achever de tuer les structures de proximité encore existantes. Ces restructurations, regroupements, fermetures de services au sein des établissements hospitaliers entraînent de graves bouleversements dans l’organisation des soins.
 
Cette austérité se traduit par 22000 suppressions de postes, des fermetures de lits, la mise en place de contrats de travail précaires. La pression insupportable qui pèse sur le personnel entraîne actuellement une augmentation jamais vue de cas de burn-out ou de suicides chez les professionnels de santé.
Les fermetures de structures hospitalières, l’austérité, la pression exercée sur le personnel se répercutent aussi sur les patients-es : éloignement, difficultés d'accès aux soins, engorgement des services, baisse de la qualité des soins. La chirurgie en ambulatoire (sans hospitalisation de nuit) et les sorties précoces sont maintenant imposées, non pas dans l'intérêt du patient-e mais parce que ça coûte moins cher!
 
La destruction progressive du système de santé publique ouvre grand la voie à sa privatisation. Conséquence, la santé, aux mains de grands groupes privés et de fonds de pensions, deviendra de plus en plus coûteuse, de moins en moins accessible à l’ensemble de la population.
Nous dénonçons depuis des années la dégradation de notre système de santé publique, les conditions de travail insupportables des personnels-les soignants-es, les conditions d’accueil des patients-es, de plus en plus détestables.
 
C’est pourquoi le Nouveau Parti Anticapitaliste, solidaire de l’appel lancé par les fédérations CGT, FO et SUD de la santé et de l'action sociale et CGT, FO de la sécu, appelle à soutenir leur grève et à se rassembler à 14h dans la cour de l'hôpital de Châteauroux.
 

greve2.jpg

 

Les commentaires sont fermés.