Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2016

Châteauroux : journée de mobilisation samedi 9 avril contre la loi El-Khomri.

A l’occasion de la journée de mobilisation du 31 mars, près d’un million de personnes sont descendues dans la rue, à Paris et dans 260 villes du pays, pour manifester leur rejet de la « Loi travail ». La mobilisation grossit depuis le 9 mars, malgré la désinformation orchestrée par les télés et les radios. En effet, il y est surtout question d’« incidents avec des casseurs » et non des violences policières inacceptables qui, en plusieurs endroits, ont tenté d’intimider les manifestants, en particulier les jeunes. Comme ce lycéen parisien tabassé par un flic, alors qu’il était maintenu par d’autres policiers. Mais rien de cela n'a découragé tous ceux et celles qui voulaient crier haut et fort qu'ils et elles resteraient mobilisés jusqu'au retrait de la « Loi Travail ». Et notamment les jeunes qui sont redescendus nombreux dans la rue ce mardi et ont une nouvelle fois fait face à la répression policière la plus débridée.

 

Jeunesse révoltée, salariés en colère

Le gouvernement espérait que la mobilisation serait moins importante, notamment à cause des vacances dans certaines zones. De nombreux établissements scolaires ont été fermés en région parisienne pour tenter de décourager les lycéens de manifester. Et surtout, la police a multiplié gazages, matraquages et arrestations.

Les manifestants, dans les cortèges syndicaux CGT, FO, Solidaires ou FSU – et il y a même des sections ou des militants de la CFDT ou de la CFTC qui refusent l’accord de leur direction avec Hollande et Valls – crient tout autant les slogans contre la « Loi Travail » que ceux dénonçant l'entièreté d'une politique gouvernementale au service du patronat.

Et depuis le soir du 31 mars, plusieurs milliers de personnes ont répondu à l’appel « Nuit debout » pour occuper chaque nuit la Place de la République à Paris et y tenir des assemblées et des débats, renforçant le climat de contestation. Ce mouvement s’étend, à Nantes, Rennes, Toulouse, Lyon, Strasbourg…

 

Stoppons le gouvernement PS-MEDEF

Par contre, ce gouvernement qui a ordonné dans toutes les villes une énorme présence policière reste plein d’égards pour les plus riches et le patronat. Au lendemain des manifestations du 31 mars, une nouvelle baisse des cotisations d’allocations familiales payées par les entreprises est entrée en vigueur. Cet allègement des cotisations patronales porte à 33 milliards d'euros les cadeaux aux entreprises pour 2016, lesquels devraient atteindre 41 milliards d'euros annuels en 2017, dont 19 milliards d'euros pour le seul Crédit Impôt Compétitivité Emploi (CICE). De l’argent distribué soi-disant pour inciter le patronat à créer des emplois, mais qui en réalité ne fait que gonfler les profits et les dividendes des actionnaires. Ce gouvernement est d’autant plus arrogant et agressif à l’égard de la population qu’il est servile à l’égard du MEDEF.

 

Ils ont les milliards, mais nous sommes des millions

Les organisations de jeunesse et l’intersyndicale CGT-FO-FSU-Solidaires préparent une nouvelle journée de mobilisation le samedi 9 avril. L’occasion pour ceux et celles qui sont restés en dehors de la mobilisation d’y prendre aussi leur place. Et pour tous, le moyen d’étendre et de renforcer le mouvement. C'est sûr qu'il va désormais continuer après le 9 avril car jamais encore ce président et ce gouvernement n’avaient été aussi faibles. Hollande a dû reculer, abandonner son projet de déchéance de la nationalité et annuler sa réforme constitutionnelle. Imposons-lui maintenant le retrait de la loi Travail.

Dans la rue, par la grève, par la préparation du blocage de l’activité économique, nous avons les moyens de contraindre ce gouvernement à abandonner son projet de loi. Ce sera un premier pas pour inverser le rapport de force en notre faveur et mettre un coup d’arrêt à la régression sociale et démocratique.

 

Manifestation à Châteauroux, samedi 9 avril à 10h, place de la Préfecture (place de la victoire et des alliés).

Et ensuite on ne rentre pas : dans le cadre de la "Nuit Debout", on occupe la place de la République à partir de 16h.

Les commentaires sont fermés.